A partir de la commune suisse de Finhaut, non loin de la frontière franco-suisse, une route serpente jusqu’à arriver au premier barrage d’Emosson. Il est également possible d’emprunter le funiculaire depuis le Châtelard. Le barrage hydro-électrique d’Emosson, situé à 1965m d’altitude, a été inauguré en 1976. Son exploitation est partagée à 50% par la France, et 50% par la Suisse.

La montée

Depuis le barrage, on remonte le sentier jusqu’à atteindre une bifurcation sur la gauche, avec l’indication Gorge de la Veudale, qui est le chemin le plus intéressant. La montée s’engage petit à petit, avec une difficulté croissante. Le chemin, régulièrement agrémenté de cairns, suit le petit ruisseau qui a érodé cette gorge. Il faut environ deux heures avant d’atteindre une dernière pente un peu plus raide, et arriver enfin sur le haut du col. Attention à la présence de névés, qui peuvent désorienter le randonneur.

Une fois sur le col, la vue est magnifique, on se croirait sur la Lune. La configuration minérale du lieu, mélange de granit, de lichen et de schiste, évoque sans équivoque un désert lunaire.

Depuis ce col, on peut, soit atteindre le col de la Terrasse en trois quart d’heure, soit descendre vers le lac du Vieux Emosson en une demi-heure, soit descendre vers les traces de dinosaures en une demi-heure également, soit continuer sur Cheval Blanc ou encore continuer vers le Tenneverge. Le choix est large.

Une fois ici, il serait dommage de ne pas voir ces fameuses traces de dinosaures. Ce site correspond à un passage d’archosaures sur une plage de sable, à l’ère du Trias.

La descente

Pour redescendre, on peut emprunter le même chemin, ou passer par le chemin normal d’Emosson, un peu plus long mais plus facile.

  • durée : environ 5h
  • dénivelé : environ 800m
  • difficulté : moyen
  • mois : octobre

Laisser un commentaire