32°C, telle est la température à Marrakech en cette fin de mois de février 2020. Très chaud pour nous, qui venons de prendre l’avion le matin à Genève sous la neige, mais chaud également pour les marocains. En général il fait quand même plus frais au Maroc en février, mais réchauffement climatique oblige, tout le monde est impacté.

Après avoir récupéré notre carrosse de location, une Dacia Loggy 7 places avec galerie, car nous sommes 7, nous passons une nuit chez des amis qui possèdent une villa aux alentours de Marrakech.

Ce soir ce sera un énorme couscous marocain pour tout le monde ! Un vrai délice oriental.

Vers le désert

Nous partons en direction du Sud-Est, vers les montagnes de l’Atlas. Les routes sont sinueuses, mais correctes dans l’ensemble. Reste qu’il y a beaucoup de travaux sur la route et ces portions de chantier, parfois longues, réduisent notre vitesse moyenne. En même temps, nous n’avons pas envie de perdre une roue dans un nid de poule !

Nous avançons en direction de notre destination du jour qui est Aït-ben-Hadou, la cité fortifiée inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous passons des cols de montagne avoisinant les 1900 mètres d’altitude. La vue panoramique y est exceptionnelle.

Dans l’après-midi, après cinq heures de route, nous arrivons dans un petit village, à Douar Tiggrt, lieu où nous avions réservé notre nuit. Le logement est sommaire mais accueillant et chaleureux. Nous partons pour une petite randonnée le long d’une minuscule rivière qui forme un coin de verdure au milieu de l’ocre désertique.

La soirée, nous la passerons au ksar d’Aït-ben-Hadou. C’est un lieu enchanteur, souvenir des contes des milles et une nuit. L’ambiance y est paisible. Il est plaisant de se perdre dans les nombreuses ruelles du ksar jusqu’à arriver au sommet pour apercevoir une vision périphérique du désert sur des centaines et des centaines de kilomètres.

En Direction de Taroudant

Ce matin nous partons plus tôt car la route sera longue. Nous reprenons le chemin en direction du Sud-Ouest maintenant. Nous traversons des paysages désertiques à perte de vue.

Une petite halte à Talliouine s’impose. Thé marocain et pâtisserie orientale sont de la partie. Les gens vivent au rythme du soleil ici, sans stress ou contrainte palpable.

Arrivé à Taroudant, nous trouvons facilement de quoi passer la nuit. Il y a très peu de monde en cette période. Le souk de Taraoudant est intéressant à visiter. C’est un des souk les plus calme qui m’est été donné de voir.

Ce soir après une longue marche à travers la ville, nous nous poserons dans un endroit à ciel ouvert pour dîner sous les étoiles. Tajines et autre mezze marocains nous réchaufferons le corps, car à la tombée de la nuit, la température chute drastiquement.

Vers la cote

Nous continuons notre périple en direction de l’Océan. Nous passons par Agadir puis remontons la route côtière en direction d’Essaouira, la perle du Maroc. Il est toujours plaisant de voir l’Océan, de plus, les enfants sont tout content de se baigner dans l’Atlantique.

Nous posons nos sacs pour quelques jours à Essaouira dans un hôtel en bord de mer. Il n’y a qu’à traverser la route pour se baigner, enfin pour les plus courageux, car l’eau n’est pas chaude ! La ville d’Essaouira est splendide. Son port, ses remparts, son souk, sa vie nocturne, elle a tout pour plaire. Paradis des surfeurs marocains, je peux même louer un surf pour dompter les vagues marocaines.

Retour à Marrakech

Trois petites heures séparent Marrackech d’Essaouira. Nous retournons à notre point de départ après avoir parcouru environ 1000km à travers les routes du Maroc. Attention quand même à la vitesse, car les radars sont nombreux. Nous nous sommes fait arrêter deux fois par la police, la première nous avons payé, la deuxième nous avons négocié ! Tout est négociable au Maroc.

Nous profitons des derniers jours sur place pour nous reposer à la villa et visiter Marrackech, son souk, sa place Jemma el Fna, sa palmeraie…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :