Guatemala, récit en bilan

3 semaines. Voilà déjà 3 semaines que nous parcourons le Guatemala. Nous nous sommes imposés un rythme intense mais nous ne savons même pas vraiment pourquoi ???
Aujourd’hui la fatigue nous rattrape et nous ressentons le besoin de ralentir, de nous poser et de nous reposer. Nous en verrons certainement moins, mais qu’il est agréable de s’arrêter, d’observer la nature, les singes hurleurs, les toucans, les serpents et les crocodiles. Prenons également le temps d’observer les gens, notre enfant et d’écouter. Ecouter le cri des oiseaux, les rires des enfants, le vent sur les feuilles de bananier et autres arbres gigantesques en pleine jungle. Nous renonçons donc à visiter Livingston, le Rio Dulce et El Paredon pour nous reposer 2 jours à El Remate avant d’affronter les 14 heures de route nous séparant d’Antigua. Et quel looonnng trajet !

El Remate

Notre humble itinéraire

Depuis Monterrey au Mexique, nous atterrissons à Guatemala City. A l’aéroport, nous prenons un taxi qui, en 2 heures nous conduit à Antigua. Nous y passerons 5 jours et nous ferons l’ascension de l’Acatenango avant de partir pour le lac Atitlan. De là, nous visiterons Chichicastenango (le plus grand marché du Guatemala qui a lieu les jeudis et dimanches) et évidemment des villages entourant le lac : Santa Catarina, San Pedro, San Marcos. Puis direction Semuc Champey et ses cascades enchanteresses. Flores nous a ensuite accueilli et nous avons visité Tikal. Il a fallu alors s’interroger et changer le programme. Livingston et Rio Dulce étant complet niveau logement, nous sommes force et contraints de changer nos plans. Un retour à Antigua s’impose. Mais avant, nous ferons une petite pause à El Remate, petit coin de paradis, perdu dans la jungle, chez Nathalie et Dimitri (Alice Guest house).

Tikal

Un rythme soutenu

Depuis notre arrivée nous avons enchainé les trajets. Il faut dire que les distances au Guatemala sont importantes. Il nous a fallu 2 heures de route à notre atterrissage pour pouvoir poser nos sacs à Antigua. 4 heures entre Antigua et Le lac Atitlan. Plus de 10 heures de bus pour rejoindre Semuc Champey. 10 heures de plus pour aller à Flores, 2 pour atteindre Tikal et 14 heures pour rejoindre Antigua depuis El Remate. Nous n’avons pas élaboré le meilleur itinéraire c’est sûr, mais on a surtout fait comme on a pu en ce mois de décembre, période de fêtes. Effectivement, nous ne nous attendions pas à trouver des difficultés pour nous loger au Guatemala. Cela nous est tombé dessus. Difficile de réserver les logements qui étaient dans notre budget, difficile de se déplacer facilement et sereinement en transport local, difficile de trouver de quoi manger équilibré pour 3 fois rien. Alors nous avons changé notre itinéraire plus de 10 fois. Et nous nous sommes adaptés. C’est surement cette réalité qui nous a poussé à accélérer le rythme dans ce beau pays. Mais nous en savourons chaque instant.

Le volcan Le Fuego
Antigua

Un pays d’une grande richesse humaine

Le Guatemala est un tout petit pays mais il est tellement riche. Par quoi commencer !! Pourquoi pas par les locaux. La population est si souriante, si accueillante et chaleureuse. Les traditions sont encore très présentes aujourd’hui. Les femmes, ont à cœur de porter chaque jour la tenue traditionnelle de leurs ancêtres. Elles habillent leurs petites filles dès leur naissance de ces tissus épais et tissés de multi-couleurs. Elles sont fières de nous dire de quelle région elles viennent et nous invitent à visiter leur coin du pays.

Les tenues traditionnelles

Un pays aux paysages variés

Jungle, montagnes, plages, lacs, collines, plaines, villages, villes, ruines : en l’espace de quelques heures tous ces décors défilent sous nos yeux. Arrivés au Guatemala, nous avons grimpé l’Acatenango (3950m) afin d’observer un volcan en éruption. Quelle expérience incroyable (ainsi qu’épuisante pour moi 😉) ! Nous avons pris des barques pour explorer les lacs d’Atitlan et de Flores. Nous avons marché sur les pas des Mayas à Tikal. Nous nous sommes laissés flotter sur des bouées pendant 2 kilomètres. Nous avons été trimballés, secoués, giflés par les feuilles à l’arrière d’un 4×4 sur des pistes improbables. Nous avons empreinté des sentiers boueux et monté des escaliers glissants afin d’atteindre un mirador. Mais quelle vue incroyable nous y attendait. Nous nous sommes baignés dans des cascades en pleine jungles. Youri a exploré une grotte remplie d’eau avec, pour seule source de lumière, une bougie à la main. On ne peut pas le nier. Le Guatemala c’est l’aventure, l’émerveillement et le dépaysement assuré.

El remate, chez Alice Guest House

Un pays aux multi-dialectes

Ici l’espagnol n’est pas la seule langue parlée couramment. Chaque village, chaque coin de pays à sa langue, son dialecte. A Antigua, plus de 21 dialectes se côtoient quotidiennement. Alors ça chante à tous les coins de rue.

Un pays dangereux ?

Nous ne nous sommes à aucun moment sentis en insécurité. On nous a déconseillé des quartiers à Guatemala City, mais n’y étant pas allé du tout, nous ne pouvons pas juger. A notre arrivée à Antigua, la réceptionniste de l’hôtel nous avait également déconseillé de sortir nous restaurer car il était tard. Ne voulant pas nous faire livrer, nous sommes tout de même sortis manger une pizza et nous ne nous sommes pas sentis en danger une seconde. Donc, pas d’inquiétude. Il est évident que les règles de bon sens sont à garder en tête.
Le seul danger que nous avons rencontrer vient des animaux : nous nous sommes fait attaquer et piquer par des abeilles jaunes très agressives. L’horreur ! J’en avais 5 emmêlées dans mes cheveux, tout le monde hurlait et courait dans tous les sens. Plusieurs personnes se sont fait piquer au visage, incompréhensible 🤔

Fières d’être au sommet de l’Acatenango

Un pays cher ?

Effectivement nous avons été surpris par les prix des hébergements et de la nourriture au Guatemala. C’est le constat que font tous les voyageurs qui arrivent du Mexique. Mais il faut tout de même relativiser : on peut bien manger pour une dizaine d’euros à 3. Impossible en France ! Attention également le weekend, les logements se font plus rares car les guatémaltèques aiment sortir et profiter de leur beau pays eux aussi. Donc il est préférable de réserver.

Un petit aperçu des spécialités culinaires locales

Nos rencontres

A notre départ d’Antigua, nous avons rencontrer une maman suisse voyageant avec sa petite fille de 5ans : Jennifer et Solan. Nos chemins se croiserons jusqu’à ne plus se séparer enfin, un temps…Pour le plus grand bonheur de nos filles. Cependant toutes les bonnes choses ont une fin, et celle de cette histoire sera le 16 décembre. Elles partiront vers le Panama quant à nous, nous poursuivrons notre route pour le Nicaragua.
Nous avons également fait la connaissance de Yohann qui voyagera avec nous quelques jours lui aussi. En nous posant à El Remate, nous partagerons quelques heures avec la tribu MA SA RO et leur 3 enfants. Sans oublier les rencontres plus courtes mais si légères, bienveillantes et ressourçantes : Suzanne, Merlin, Dimitri, Nathalie, Alice, Lili, Mari et tant d’autres venant de tous les coins du monde.

A Semuc Champey

C’est la fin….

Nous sommes à quelques heures du départ pour le Nicaragua : pays où nous passerons les fêtes de fin d’année. Près de 20 heures de bus nous attendent. Nous partirons jeudi 16 décembre d’Antigua, à 2 heures du matin. Nous traverserons le Salvador, le Honduras et nous devrions arriver à Leon, au Nicaragua, aux alentours de 22 heures. Nous avons traité de la paperasse pour les frontières terrestres. Nous avons réglé nos billets et avons de quoi régler les taxes en dollars aux frontières. Il ne reste plus qu’à effectuer un test PCR mercredi!! Tout semble donc ok pour la suite de l’aventure. Encore un peu de repos et GO!

Une réponse à “Guatemala, récit en bilan”

  1. CESAR, vous parlez de dollars aux frontières, qui, quand quoi ou, combien …Aidez-nous en donnnt plus de détails si possible; pour les premiers pays que je vais traverser….MERCIr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :