Du Yucatan au Chiapas

Campeche : notre dernier arrêt dans la région du Yucatan

Le Mexique nous empli les yeux de mille et une couleurs. Chaque ville visitée a son histoire, ses lieux d’intérêts et ses façades colorées, usées, taguées, abandonnées… Et bien Campeche c’est tout ça aussi et un peu plus !
Cette ville, classée au patrimoine mondial de l’Unesco mérite que l’on s’y attarde et que l’on s’intéresse à elle.
De par la localisation excentrée de notre hôtel, nous découvrons une ville à deux vitesses. Nous sommes logés dans un hôtel se trouvant à 30 minutes à pied du centre. Nous traversons donc au moins 2 fois par jours des ruelles animées ou fantômes, habitées ou désertées, commerçantes ou résidentielles, et j’en passe. Mais dans la périphérie, beaucoup de petits commerces semblent avoir fermés définitivement et les jolis parcs pour enfants sont condamnés par des rubans de sécurité. Ici, les « campechanos » se font rares. Nous sommes très surpris. Le Covid est-il responsable de ce constat ?
Dès que l’on aborde le Malecon (nom donné à la promenade longeant le golfe du Mexique), quelques promeneurs apparaissent ici et là. Ils longent la zone piétonne pour promener leur chien ou profiter de la fraicheur marine en fin de journée.
Plus on avance et plus la ville s’anime, se colore et s’égaie. Un parc pour enfants et enfin accessible et évidemment les cris et les rires de ces derniers résonnent joyeusement. Arrivent la fameuse calle 59, (rue piétonne qui regorge de couleurs intenses mais aussi de restaurants), la place centrale (Plaza de la Independencia) et sa cathédrale impressionnante. Les mexicains sont là ! Ils profitent des animations, se font cirer leurs chaussures ou font des emplettes. Ils sont également au marché à la recherche de bonnes affaires ou plus simplement à faire leurs courses.
Afin de s’imprégner au mieux du passé de ce lieu, nous en faisons une visite guidée. Nous découvrons l’impact des conquistadors au XVI -ème siècle sur cette ville qui fût, jusqu’au Xème siècle, sous la domination des mayas, et plus particulièrement, de la citée d’Edzna. Riches de ses nouvelles connaissances, nous partons le jour suivant à la découverte de ce vestige maya, située à 60 km de Campeche.

Edzna, site archéologique enchanteur.

Arrivés à l’ouverture, nous sommes les 1ers sur le site. L’air est encore frai, le chant des abeilles résonnent à chacun de nos pas. Et plus nous gravissons ses immenses constructions, plus le silence se fait. Nous chuchotons nous même et nous ne savons même pas pourquoi. Comme hypnotisés par cet endroit, nous gravissons chaque « bâtiment » en admiration totale. Puis de grands oiseaux noirs nous signifient gentiment que nous les dérangeons. Ils essaient de nous impressionner afin de garder ce lieu pour eux. Mais bientôt, on entend du bruit. D’autres touristes arrivent et avec eux la chaleur. Nous n’avons aucune envie de partir et là, nous découvrons « le patio ». Les courants d’air nous invitent à nous assoir, à regarder le ciel, à observer les arbres, et à admirer les gravures comme certainement le faisaient déjà les mayas bien avant nous.

Le patio

Bienvenu dans le Tabasco !

La route reprend. Toujours chargés de nos sacs à dos nous voilà arrivés dans la ville de Villahermosa. Ici pas de rues colorées, pas d’océan, pas de cénote. Nous sommes au milieu d’une métropole. Il y a donc des musées !
Nous passons notre 1ere journée dans le parc écologique de Yumka. Il s’agit d’une réserve naturelle où l’on peut observer une dizaine d’espèces d’animaux ainsi que découvrir la flore tropicale locale. Lylou est ravie, ses yeux pétillent. A défaut d’être à l’anniversaire de son cousin Ethan, elle lui parlera de sa super journée….

De beaux perroquets

La seconde journée sera consacrée à la visite du musée la Venta. Ce musée présente une collection de pièces monumentales (têtes colossales) appartenant à la culture olmèque. Ce lieu permet aux visiteurs d’oublier qu’il est en pleine ville. De petits animaux vivent librement au cœur de cette zone archéologique qui s’apparente à une petite jungle. Au sein du même site, on trouve également une zone zoologique qui, elle, nous a attristée. Les animaux sont entassés ou bien complétement seul dans de petits espaces. Donc expérience mitigée.

Tête olmèque monumentale
Le sage

San Cristobal de las Casas, bienvenu dans le Chiapas !

A 7 heures de route de Villahermosa, se trouve notre prochaine destination. San Cristobal de Las Casas c’est les montagnes, les températures qui diminuent, une location de « maison-cabane » et le plaisir de pouvoir cuisiner de nouveau ! Clairement, on a mangé des crêpes au chocolat et à la confiture toute la semaine. Sans oublier du fromage !

Le jardin de notre maison

Notre location se situe à plus de 2000 mètres d’altitude, c’est-à-dire dans les hauteurs de la ville. Il nous faut environ 35 minutes à pied pour accéder au centre-ville mais qu’importe. Nous avons même eu plaisir à sortir gilets et pantalons.
L’endroit est magnifique, l’habitation atypique et rudimentaire. Nous avons également une colocataire très désinvolte. Lylou lui a donné le joli nom de Suzy. Alors oui, Suzy est une petite souri qui, la nuit venue, aime venir grignoter nos avocats. Lylou la trouve tellement mignonne. Elle lui prépare des petits bouts de pain qu’elle pose dehors. Mais cette chipie préfère les fruits ! Bon, et bien voilà comment nous nous sommes retrouvés à devoir adopter Suzi.

Canyon del Sumidero

San Cristobal se trouve à quelques kilomètres d’un canyon impressionnant. Le Canyon del Sumidero s’est formé il y a environ 35 millions d’années et quel que soit le point de vue d’où il est observé, il est vraiment incroyable.

Canyon vu d’un des mirador
Au début du canyon
Un « sapin » d’érosion

Nous aurons la chance de pouvoir l’admirer depuis 3 miradors différents avant de prendre un bateau et de plonger en son centre. Une croisière de 2 heures sur le fleuve Grijalva nous offre la chance d’être au cœur de ces falaises à la végétation verdoyante, aux cascades enchantées et à la faune aussi belle que terrifiante (singes-araignées, nombreux oiseaux et crocodiles gigantesques). On se sent tout petit devant ces murs qui peuvent mesurer jusqu’à 1000 mètres de hauteur.

Gare aux crocos !

Rancho Nuevo

Lors de notre séjour, nous visitons également un parc écotouristique dans lequel il est possible d’explorer 2 grottes qui valent le détour.

Dans les grottes de Rancho Nuevo

Il est maintenant temps de repartir et de voir où nous pourrons participer aux festivités del dia de los Muertos.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :