Sans doute une des plus belle descente à ski de France, la descente de la Vallée Blanche vous offrira un parcours d’environ vingt kilomètres avec un dénivelé de plus de 2000 m. Réservée quand même aux très bons skieurs hors pistes, elle peut se faire avec ou sans guide suivant votre degré d’appréhension et de connaissance de la haute montagne. Dans de bonnes conditions on redescend jusqu’à Chamonix.

L’arête

Depuis Chamonix, il faut prendre le téléphérique pour arriver à l’Aiguille du Midi (3842 m). De là on s’équipe pour descendre l’arête de l’Aiguille. Crampons, piolets, corde, on s’adapte aux conditions de l’arête et de la météo. La descente de l’arête est souvent, pour beaucoup, la partie la plus compliquée et la plus dangereuse de l’itinéraire. En bas de l’arête on chausse les skis pour une journée de pur bonheur.

La descente

Il existe plusieurs itinéraire pour faire la descente, la Classique, le Gros Rognon, le Petit Envers et le Grand Envers. La dernière étant réservée aux excellents skieurs, pentes raides assurées !

La descente classique est relativement facile bien qu’il faille faire toujours attention aux crevasses, qui, selon la période sont plus ou moins bouchées.

Pendant la descente, le panorama est tellement grandiose que vous ne rencontrerez que peu des centaines de skieurs que vous aviez vu à la montée.

Vous admirerez avec humilité les glaciers alentours, glacier du Tacul, glacier du Géant, Mer de Glace. Il faut bien faire attention de ne pas s’arrêter n’importe où. En effet, nous n’exerçons pas la même force en faisant un passage en vitesse sur une crevasse qu’en s’arrêtant dessus de tout son poids.

On ski entre les séracs, ces merveilleuses formations glacières, pour petit à petit rejoindre la Mer de Glace. Un passage obligatoire depuis plusieurs année nous oblige à remonter une pente en déchaussant les skis pendant une bon quart d’heure. C’est vers cet endroit que nous avons le choix de soit prendre le petit train, soit continuer en direction de Chamonix.

Si on choisit la dernière option, l’itinéraire n’est pas toujours agréable mais reste facile. Pistes glacées, virages étroits, cailloux, manque de neige. Il faut souvent déchausser les skis pour passer certains passages. Mais au final on est très content de pouvoir arriver au parking dans la vallée.

Il est maintenant temps de boire une petite bière bien méritée !

  • durée : une petite journée
  • dénivelé : environ 2000 m
  • difficulté : Difficile
  • mois : Mars

Laisser un commentaire