Surnommé également le Mont-Blanc des dames, l’ascension du Mont Buet est une entreprise à ne pas prendre à la légère. Pas ultra-technique, ni très haute en altitude (3096m), c’est plutôt sa longueur, qui vous fera souffrir le plus. On dit souvent que si on peut faire l’ascension du Mont Buet, on est prêt (question endurance) pour gravir le Mont-Blanc.

Je dirai même que j’ai trouvé plus difficile, d’un point de vue longueur le Mont Buet que le Mont-Blanc, ou peut-être était-ce juste une impression du fait que le Mont Buet se fait en une seule journée…

Il y a plusieurs itinéraires, principalement deux. Soit du coté de Vallorcine, le côté le plus rapide, soit de l’autre côté, par Sixt-Fer-à-Cheval. Avec mon père nous avons choisit d’atteindre le sommet par Sixt-Fer-à-Cheval. Nous avons même choisit de faire la grande boucle, c’est-à-dire de commencer par le refuge des Fonds, le sommet, puis la descente par le Grenairon. Une très longue journée en perspective.

La montée

Depuis le parking de Salvagny, prendre la direction du refuge de Grenairon. A environ 1000 mètres, bifurquer en direction du chalet des Fonds. Le chemin forestier pour atteindre le refuge est agréable. Une fois au chalet des Fonds, à 1950 mètres, prendre le sentier derrière celui-ci pour continuer l’ascension.

On remonte en suivant un ravin sur des pentes parfois raides et glissante pour déboucher dans un chemin parsemé de fougères. Toujours en suivant le sentier balisé, on traverse des paysages magnifiques pour arriver sur une arête de schiste qu’il faudra bien sûr grimper. La montée est longue, raide est difficile.

On arrive ensuite vers un passage technique, une traversée au-dessus du vide mais bien équipée de main courante. On continue ensuite la montée sur les rochers où se trouvent régulièrement des plaques de neige. On termine sur un énorme kern qui indique le sommet.

Le sommet

Au sommet, une vue à 360° sur les montagnes environnantes. Bien que l’ascension fût éprouvante, il faut penser à redescendre pour pouvoir arriver avant la tombée de la nuit.

La descente

La descente se fait vers la combe du Buet en s’aidant des câbles et mains courantes présentes. Personnellement j’aurai préféré monter cette partie que la descendre. Attention, le passage est glissant même par temps sec.

Ensuite continuer vers la grande vire du Buet. L’itinéraire est quelques fois difficile à trouver, ne pas hésiter à improviser un peu, le point d’arriver se voit de loin.

Descendre jusqu’au refuge de Grenairon, le dépasser, suivre les lacets du chemin carrossable jusqu’à arriver au parking initial.

  • durée : environ 12h-13h
  • dénivelé : environ 2200m
  • difficulté : D
  • mois : Juillet

Laisser un commentaire